Accueil » Blog » La rémunération du chef d’entreprise

La rémunération du chef d’entreprise

Rémunération entrepreneur

Le choix du dirigeant en matière de statut juridique de sa société et de l’arbitrage entre salaires et dividendes peut avoir des conséquences importantes sur sa rémunération finale.


A. Choix de la forme juridique de la société La rémunération du dirigeant dépend de son statut. Le statut dépend de la forme juridique de sa société

B. Comparatif de la protection sociale en fonction du statut

Exemple cotisation retraite sur une rémunération de 100 000 € annuels
Assimilé salarié : 2 820 € par an
TNS (Commerçant) : 14 455 € par an

C. Les statuts

Le statut « Assimilé Salarié » :
– Meilleure protection du bénéficiaire contre les risques essentiels (hors chômage),
– Meilleure préparation de la retraite,
– Plus coûteux en matière de cotisations,
– Moins d’amplitude pour construire une protection sociale sur mesure

Le statut « Travailleur non salarié » :
– Moins coûteux en matière de cotisation.
– Ce gain de cotisation peut permettre de constituer des compléments de protection (Prévoyance, retraite),
-Protection sociale plus flexible, elle peut se faire à la carte,
– Facilité de trésorerie grâce aux cotisations forfaitaires les deux premières années d’activité

D. La fiscalité des salaires et des dividendes

Exemple :
Une société dégage un bénéfice de 100 000 € (avant rémunération du dirigeant).
Le dirigeant est marié et sans enfant, son conjoint n’a pas de revenus.
Sa tranche marginale d’imposition est donc de 30 %.
Est-il plus avantageux de percevoir cette somme sous forme de dividendes ou de salaires ?

Contrairement au salaire, le dividende n’offre aucune protection sociale (Maladie, maternité, Allocations familiales, Assurance-vieillesse..)

E. Conclusion sur la comparaison entre salaires et dividendes

Au niveau de l’entreprise, les salaires sont déductibles au contraire des dividendes.
Par conséquent, le dirigeant paye moins d’impôts en percevant des dividendes mais la société en paye plus.
Néanmoins, pour les sociétés dont le bénéfice est inférieur à 38 120 €, le versement des
dividendes profite du taux réduit d’IS (15%)
Un conseil : La meilleure solution est de tirer avantage des deux systèmes en percevant à la fois
des salaires et des dividendes.
Se rémunérer selon ces deux modes, selon un dosage qui vous est propre est source
d’optimisation à la fois pour vous et votre société.

Notre expert en finance est disponible pour vous aider !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *